Rassemblement Démocratique
      du Peuple Camerounais
 Président National
 National President
  Paul BIYA
        Cameroon People's
     Democratic Movement
Unité - Progrès - Démocratie
Unity - Progress - Democracy

Vous êtes ici

Accueil | Notre Parti | L'Organisation | Le Comité Central | Secrétariat | Les Secrétaires Généraux du RDPC

François Sengat Kuo

Secrétaire politique du Comité central du RDPC (1985-1990)

Au commencement était le secrétaire politique de l’Unc, en la personne de François Sengat Kuo. C’est lui qui organisera  le passage de l’Union nationale camerounaise (Unc) au Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) à Bamenda. Au lendemain du putsch du 6 avril 1984, il est chargé d’habiller le parti d’un manteau neuf, en lui donnant les structures nouvelles. L’Unc mourra de sa belle mort au profit du Rdpc. La fin de son mandat de secrétaire politique du Rdpc coïncide, au congrès ordinaire de Yaoundé, avec l’annonce de l’éventualité de l’instauration au Cameroun d’une ère de concurrence politique. Véritable éminence grise, son action dans le Rdpc est énorme. Il a été le principal rédacteur des textes fondamentaux du parti.

Ebenezer Njoh Mouellé

Secrétaire général du Comité central du RDPC (1990-1992)

Le 11 juillet 1990, Ebenezer Njoh Mouellé, le philosophe, conseiller technique à la présidence de la République, est nommé secrétaire général du Rdpc. Il est la première personnalité à occuper ce poste nouvellement créé pour l’animation quotidienne du Parti. Il va enfourcher son bâton de pèlerin pour expliquer au peuple Camerounais les mesures prises par le gouvernement pour juguler la crise économique et ce qu’est un Programme d’ajustement structurel. En 1992, il se présente aux élections législatives dans son département d’origine, le Nkam, qui n’a qu’un siège en compétition. Il sera battu. De cet échec, la direction du Rdpc en tirera toutes les conséquences.  

Joseph Charles Doumba

Secrétaire général du Comité central du RDPC (1992-2007)

Exit le philosophe, voici l’esthète et le stratège de la politique. Joseph Charles Doumba qui a remplacé Ebenezer Njoh Mouellé au secrétariat général du Rdpc, est un ancien ministre ayant occupé plusieurs postes tant à l’Information et la Culture qu’au ministère de la Justice. Il a de surcroît été secrétaire à l’organisation du comité central de 1985 à 1992. C’est un homme du sérail, qui a en plus dirigé l’école des cadres du parti, qui prend les rennes du secrétariat général du Comité central du Rdpc. On lui doit une nouvelle approche dans l’action du Rdpc. C’est en effet sous Doumba que les principales alliances sont conclues avec le Mdr, l’Undp ou l’Upc. C’est aussi lui qui a eu l’idée de créer des cellules de promotion de nombreuses activités, pour dynamiser le parti sur le terrain, lui qui croyait dur comme fer que la force du RDPC était dans « La pensée ». Cette nouvelle approche va porter des fruits puisqu’en 1996 et 1997, le Rdpc écrase littéralement ses adversaires respectivement aux élections municipales et législatives. Le président national du Rdpc, candidat à l’élection présidentielle en 1997 en 2004, bénéficiera lui aussi de victoires sans appel. Affaiblit par la maladie, il sera remplacé par Emmanuel Sadi en avril 2007.

René Sadi

Secrétaire général du Comité central du RDPC (2007-2011)

René Sadi prend les commandes du Rdpc le 4 avril 2007. Il ne connaîtra pas d’état de grâce, puisqu’il trouve un Parti en plein non seulement dans la rénovation de son sommier politique, mais surtout dans les opérations de renouvellement des bureaux des organes de base. Des tensions sont perceptibles. Sadi met à contribution ses talents de fin diplomate pour gérer les crises dans les sections. En même temps, il en profite pour recadrer les habitudes et les attitudes dans l’administration du parti. Il bénéficie dans cette logique de l’appui des nouveaux responsables nommés par le président national à l’Organisation, la Communication, la Culture, l’Education et l’Environnement, les Affaires économiques, les Organisations spécialisées ou les Relations internationales et droits de l’homme. Mais son principal fait d’armes est l’organisation du troisième congrès ordinaire du RDPC, qui se déroulera sans grandes difficultés. A l’occasion, René Sadi intègre le bureau politique du RDPC. Il quittera ses fonctions le 9 décembre 2011, date à laquelle il est nommé ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation.

Jean Nkuété

Secrétaire général du Comuité central (9 décembre 2011…)

Jean Nkuété connaît bien la maison, pour avoir été pendant longtemps secrétaire aux Affaires économiques du Comité central du Rdpc (1985-1992 et depuis 2007). Sous sa houlette, les propositions du RDPC en vue de dynamiser toujours davantage l’économie camerounaise sont nombreuses et publiées régulièrement dans le magazine Conjoncture produit par son le secrétariat dont il a toujours la charge. Jean Nkuété, c’est aussi la rationalisation de la gestion des ressources financières et humaines du Parti. Son style, un brin discret et paternaliste, ne doit pas tromper. Il peut agir avec fermeté. Cela s’est démontré lorsqu’il a fallu sanctionner ceux des militants du Rdpc qui ont refusé de suivre les consignes édicter par le sommet du parti lors des législatives et municipales de 2013.